LA RÉSSURECTION DU LAMA (CATHÉDRALE DE SEL, COLOMBIE) par Olivier Maurin

Rubrique : COLOMBIE, La Montagne

Dimanche, une chose terrible est arrivée, si terrible que je ne peux l’écrire sans frémir : le Lama est mort. Comme ça, sans un mot, sans même un tremblement de ses petites pattes velues. Il a simplement disparu de la Toile, remplacé par une stupide page de hacker.

D’autres ce serait précipité sur leur ordinateur tapoter du code, bidouiller et trucmucher afin de réparer les dégâts et sauver ce qui peut l’être. Moi, que voulez-vous, je commence à être sous l’influence de la culture colombienne, j’ai simplement pris un bus et je suis allé à l’église, mais pas n’importe laquelle : la cathédrale de sel de Zipaquirá.

À l’origine, dans cette ville charmante, il y avait une mine de sel dont une des galeries servait de chapelle aux mineurs. Le projet a grandi, la mine est devenue un parc, et la chapelle s’est faite cathédrale. Le lieu attire aujourd’hui beaucoup de monde et il est devenu une des fiertés nationales colombiennes, non sans raison. La visite commence par un simple tunnel dans lequel on entre en compagnie de touristes et de religieux. On se retrouve ensuite dans une salle illuminée de vert, de bleu, de rouge. Puis une autre, et encore une autre, suivant un chemin de croix qui mène jusqu’au cœur de la mine, la grande nef. Certaines salles sont plus larges et hautes que Notre-Dame et aux endroits les plus inattendus surgissent des statues de sel et des croix taillées à même le roc. Peu à peu, le temps disparait. Les entrailles de la mine dévorent la réalité et l’on se retrouve, tout seul, face à un ange de sel illuminé de rouge qui semble sourire à ses visiteurs.

C’était bien la première de ma vie que je rencontrais une puissance supérieure. Profitant de l’occasion, je lui ai demandé de refaire le coup de Lazare avec le Lama et il a dit oui, l’air tout heureux de se voir confier une tâche un peu nouvelle.

Bien sûr, il a quand même fallu que je retourne trucmucher sur mon ordinateur. Cela a pris du temps. J’ai fait du bouche à bouche au Lama, je l’ai brossé et j’ai patiemment enlevé ses parasites indésirables. J’ai aussi profité de l’occasion pour lui aiguiser les sabots (on ne sait jamais).

Au petit matin, il a repris sa route, gaiement, sous le soleil de Colombie.

 

 

2 Responses to LA RÉSSURECTION DU LAMA (CATHÉDRALE DE SEL, COLOMBIE) par Olivier Maurin

  • caro

    Réponse : octobre 28, 2011, 7:18

    waouw. tes photos sont incroyables…

    • Olivier Maurin

      Réponse : octobre 29, 2011, 8:04

      Il faut le dire que lieu est incroyable. Ils font de ces trucs les Colombiens. Ils me surprennent tous les jours un peu plus.

Poster un merveilleux commentaire