UNE RENCONTRE (San Cristóbal de Las Casas – Mexique) par Olivier Maurin

Rubrique : MEXIQUE, San Cristobal

Faut le dire, Nadja (ou Mémère pour les familiers), elle n’est pas très engageante. Y’a la Venus de Velázquez et puis il y a elle. C’est la nature comme on dit. Elle a bon caractère pourtant : calme, enjouée voire même frétillante par moment. Mais rien n’y fait, elle a définitivement un truc qui provoque une répulsion instinctive, voire même une franche trouille.


Je l’ai rencontré pour la première fois au Museo de bichos à San Cristóbal de Las Casas. Son logeur, un universitaire entomologiste, parle d’elle et de ses autres pensionnaires avec une passion communicative. Il les montre, les manipule et vous les fait manipuler avec un amusement certain tout en racontant dans le détail leur mode de vie et leur existence dans la nature. Sa petite exposition fait partie des charmes de la ville. À cette occasion, Mémère et sa forte personnalité m’avaient marqué, bien qu’un fond de timidité naturelle m’ait empêché de poursuivre cette relation plus avant.
Je l’ai recroisé dans la rue un dimanche ensoleillé et elle m’a salué d’un petit mouvement du bulbe. Mémère, qui est plutôt le genre à dévorer son mâle plutôt que de la fermer, était venue supporter la manifestation contre les violences faites aux femmes.
Sur le zocalo (la place centrale) des femmes tzotzils avait écrit un El corazón del cielo y la tierra es mujer en lettres rondes faites de terre, de fleurs, de haricots et de maïs accompagné de nombreuses banderoles. Évènement rare, entre tamales et tacos, il y avait même une grand-mère pour vendre du vrai fromage (c’est-à-dire un truc vieux qui pue).

 

Poster un merveilleux commentaire